vendredi 22 juillet 2011

Yilan Trip

1st Stop: Traditional Arts Center (傳統藝術中心)

Traditional Umbrella, Traditional Flip Flops

Lovely Garden of the Center

Cosplay Show --> Taiwan traditional art?

Nice costume!

2nd stop: Forest Center (林場)

The Team!

3rd Stop: Boating around the Turtle Mountain Island (龜山島)

Turtle Mountain Island (龜山島)

Chasing the dolphins


They finally surface to breath!



Cheers!

4rd Stop: Surfing on the waves of Wai'Ao Beach (外奧)

Nice Beach!

Big Waves, Best for Surfing!

Approaching dusk...

vendredi 15 juillet 2011

Danshui by bicycle

漁人碼頭 - 天空真漂亮
 
終於找到海了

哈皮!


情人橋,居然沒有帶女生。。。


漁人碼頭的夕陽

jeudi 14 juillet 2011

La France a Taiwan

La France ne reconnait pas diplomatiquement Taiwan comme une entité politiquement indépendante de la Chine, et pour cette raison il n’y a pas d’ambassade française a Taiwan.

La présence Française a Taiwan est coordonne par le Bureau Français de Taipei qui assure les fonctions de consulat (administration française a l’étranger) et de mission économique (développement des relations économiques entre la France et Taiwan).

Parmi les autres institutions d’importance on notera la Chambre de Commerce et d’Industrie de la France a Taiwan (CCIFT), l’Alliance Française et l’Association des Français de Taiwan (AFT).

La CCIFT est spécialisé dans le service aux entreprises françaises qui investissent, ou cherchent à investir, a Taiwan.

L’Alliance Française est le pole culturel de la France à Taiwan, ouvert aux français comme aux taïwanais intéressés par la France, son langage et sa culture.

L’AFT est une association qui regroupe des français de Taiwan qui sont heureux de se retrouver régulièrement pour une partie de pétanque et un barbecue, et parfois des événements de plus grande importance

A l’approche du 14 juillet, différents événements furent organises par ces institutions.

Jeudi soir c’était un grand banquet très select organise par la CCIFT dans un hôtel de luxe de la capitale (The Regent).Les présidents des entreprises françaises implantées localement (Thales, Air Liquide, Société Générale, L’Oréal, etc.) invitaient une partie de leurs employés y participer. Ce fut l’occasion de quelques contacts professionnels, une grande tombola et des verres trinques avec les collègues et le président, tout ca autour de délicieux petits plats bien de chez nous.







Samedi c’était une fête populaire ouverte a tous organise par l’AFT. Ambiance de kermesse a la française du milieu de l’après-midi avec différents stands de jeux a la soirée dansante au son d’Indochine et Claude François. Entre deux des groupes de musique, des crêpes, du pastis, pas mal de français rencontres et finalement beaucoup de Taïwanais et Taïwanaises présents pour participer a la bonne humeur de ce rendez-vous.













En conclusion, laissez-moi vous souhaiter une bonne fête nationale !

mercredi 6 juillet 2011

Fly around Taiwan

A short note about Taiwan main airlines - read it if you plan to visit me here one day !

Eva Air (長榮): Eva is mainly famous for its flight attendants: tall, thin, attractive, sweet voices and all dressed in green. That's a reason good enough to fly with them! Note that Eva is the only Airline proposing a direct flight between Taipei and Paris, 3 days a week. 

China Airlines (華航): China Airlines usually offers the cheapest tickets. But safety may have been sacrificed in the battle for lower prices, since China Airlines suffered several accidents since its formation. It is always a hard decision to make when I buy new plane tickets: is the discount worth the risk?

Cathay Pacific (國泰): Cathay Pacific is the main Hong Kong airline. Though not a Taiwanese company, I include it in this discussion, because of the super-high frequency of the Taipei-Hong Kong flights, and the extensive network between Hong Kong and destinations all over the world. Cathay is Highly Professional. All services are high standard: the interior decoration of the plane is colorful and pleasing to the eye, the passenger is welcomed into the plane with a quiet and relaxing music, flight attendants are smiling and elegantly dressed, food is good and after-sale service is impeccable. Flying on Cathay is slightly more expensive than flying on Eva or China Airlines, but it is definitely worth it if you are looking for high quality standard.

vendredi 1 juillet 2011

A Taiwanese Sense of Altruism

I've always been deeply impressed by the Taiwanese profound sense of Altruism. Caring about the others needs, easily willing to help - trying to male people feel better without looking for personal advantages. Hereafter a few situations where I experienced this sense of Altruism:

1) My landlord, Mister Tsai, has been caring a lot about how I was settling down in Taiwan, my conditions of work and any need of help. He's been taking me out for coffee, restaurant, karaoke, and providing me with all I needed for the apartment. I felt bad eating McDonald's after 8:30pm because other restaurants were closed; Mister Tsai found me the closest night market where I could find better food until late at night. The iron I brought from Beijing was belching out steam instead of making my shirts flatter - problem of differences in electricity voltage and frequency between Taipei and Beijing - Mr Tsai bought me a new one!

I also wanted to share one of the text messages I regularly receive from Mr Tsai:

“晚安!我的好友,:-O辛勤工作的您已累一天,異國風俗民情是否還習慣?;-)需要我幫忙請不用客氣,下班後放慢腳步,忘掉一切不愉快,:-)好好享受美味晚餐,補充體力迎接明天的挑戰,加油喔!B-)麥克” .

This could be translated into:

‘Good evening! My friend, :-O You who must be tired after a hard working day of work, do you now feel comfortable with the customs and traditions of this country which is not yours? ;-) Don’t hesitate to ask for any help, slow your pace after work, forget all unhappy things, :-) Enjoy a good diner, refill the body and be ready for tomorrow’s new challenge, you can do it! B-) Michael”

2) A high school student who was sitting in a bus on his way home unfortunately let a glass of milk tea slip from the inside of his back bag, fall and explode on the floor as he was preparing to get off the bus. Instead of rushing out he stayed in the bus to sweep the floor. Several other high school students joined the effort, took out more tissues and helped the unlucky one sweeping the floor. It was only once the milk tea spilled on the floor had been thoroughly swept up that he finally got off the bus, already far away from his planned destination. I've been impressed by his attitude, and the generosity of the other people spontaneously joining to help him.

3) I landed up late on a Sunday evening at Taoyuan International Airport, and the shuttle bus to downtown was almost empty: we were only 2 passengers. The driver offered to take us straight to our final personal destination, instead of following the regular line. Isn't that lovely?

mardi 28 juin 2011

A 4-days Trip to Vendee

Friday Morning, 9:00am Taoyuan International Airport - Taiwan's main gate to the Outerworld. The sky is clear, the sun shining. I'm watching the planes taking off one after the other, apparently unconscientiously of the gusty winds brought by Taiphoon Meari.

My flight to Hong Kong will take off in slightly more than one hour, provided it is not affected by the strong and whirling winds. This flight is the first step of a 4-days trip which will see me flying to Paris, celebrating my sister's birthday, driving South-West with four old buddies, "marrying" my closest friend and celebrating it as it has to be, driving back to Paris airport, flying back to Hong, finding there Sweet Nicole and flying back with her to Taiwan - the beautiful Island.

---

Friday, 12:30pm Hong Kong International Airport - Asia central hub. The morning flight was smooth, no delay, a few turbulences before landing. The descent above Hong Kong Island and Kowloon Peninsula was amazing, as usual. The sea was really rough around Taiwan coastline, with an exceptional pattern: the big waves, guessed from the white foam at the surface of the sea, were moving in a complete mess, without any common direction: that's the typhoon effect.

During this morning flight I started to look back at the experiences I had in Taiwan since I moved there 2 months and a half ago. I wish I had taken my notebook computer with me to write down these thoughts. The opportunities to take a break and look back are rare since I started working. I moved in a new country, met new friends, entered a new company, started a new job - the first one after graduation - I should find a way to keep track and share more of these experiences!

My next flight will take me to Paris: 13 hours. I'll have to be patient. At least I'm traveling with Cathay - It should be comfortable - and I prepared a few books that I will try to finish.

---

Tuesday morning, 8:00am at my breakfast table in a street of Taipei. The last days went so perfect. No plane delay, no engine break, no traffic jam, no terrible jet-lag effect. And the wedding was so awesome. The newly wed were beaming with happiness the whole day long, and brought a lot of fun to the party with their cupcake fighting and Tennessee dances! I was really excited to attend this, and the almost 24 hours of travel one way and the other were really worth it! We sent the sky lanterns from the beach, the operation was not made easier by all the champagne that had been drunk so far, but not less than five of them successively took off and disappeared in the sky. Will they be enough to give the newly wed triplets in the first year?

Pictures to come little by little:

The newly wed

College Buddies

dimanche 12 juin 2011

Baishawan Beach

Baishawan Beach, Taiwan, Sunday afternoon

mardi 7 juin 2011

Dragon Boat Festival in Hong Kong

Nous fêtions hier le 5eme jour du 5eme mois de l’année lunaire : 端午節 communément appelée fête des bateaux dragons par les occidentaux.

J’écrivais quelques lignes sur l’origine de cette fête dans un article publie sur ce blog il y a deux ans de cela:

L’histoire remonte à Qu Yuan, poete et proche du pouvoir dans le royaume Chu a l’epoque des royaumes combattants. Très patriote, il n’accepta pas de se plier au pouvoir de l’envahisseur, et pour ne pas trahir son royaume, se jeta dans la rivière Miluo. Extrêmement populaire auprès des citoyens de son pays, l’annonce de sa mort fit grand émoi. Les citoyens se précipitèrent à la recherche de sa dépouille. Ne la trouvant pas, ils ajoutèrent des effigies de dragons à leurs embarcations pour faire fuir les mauvais esprits, et jetèrent dans l’eau des zongzi (粽子), petit paquets de riz glutineux enveloppés dans des feuilles de bambous, afin que les poissons de la rivière se concentrent sur eux plutôt que sur le corps de Qu Yuan.

Si vous êtes un inconditionnel fan de Qu Yuan, jetez un coup d’œil aux quelques vers traduits ici par Aurélien.

L’ appellation Fête des Bateaux Dragons est très amusante car elle illustre ce qui marque le plus l’occidental qui observe cette fête traditionnelle chinoise. Et a Hong Kong ou je passais le week-end, les chinois etaient bien peu nombreux en comparaison des etrangers qui se massaient sur et autour des bateaux dragons !

Quelques photos :

La veille de la course, le calme avant la tempete sur la plage de Mui Wo (梅窩)
 
D-Day sur la plage de Stanley - Observez la foule massee sur la plage

Les rameurs sont avant tout etrangers

Il n'y a pas d'age pour devenir un rameur de bateau dragon
 
La course est lancee! C'est une dizaine de bateaux dragons qui s'affrontent simultanement sur emviron 500 metres.

Autre vue sur les courses
 

Bear-Cat or Cat-Bear ?

I've been asked yesterday what made a Taiwanese different from a Mainland Chinese. 

I would say... A different philosophy of life.

When a Chinese sees a panda, he calls it a 熊貓 = Bear-Cat. The Taiwanese? 貓熊 = Cat-Bear 


Hence the misunderstandings I have with my colleagues. Each time I say “我要打車過去”, they ask me: “搭什麽車”?Though differences in vocabulary may appear in all kind of fields and registers, they seem to be the most frequent in modern and technical fields. A good example are the computer-related words: Software, Hardware, Printer, Notebook Computer, Default Settings, Mouse, etc. All different!

The article shows that only 2% of the Chinese speakers use traditional characters. What is not mentioned is that most of the well-educated mainland Chinese can also read the traditional characters. Traditional characters are also widely used in Mainland China on street or shops signs: It looks upper-class. It is also the language of the KTV... On the other hand, Taiwanese people look at simplified characters with disdain.

I laughed when I read in the article that Taiwanese people wonder "how the simplified word for love can be missing the character for heart, and the word for noodle the character for wheat.". I laughed because there seems to be a consensus in Taiwan to use these only two examples when arguing that simplified characters lost their meaning in the simplification process!


But let's come back to the heart of the problem: should panda be called bear-cat or cat-bear? After discussion with a few locals here a few days ago, we finally agreed that a panda looked a lot more like a bear than like a cat. Point for Taiwan.
 

Nevertheless, we then realized that pandas and cats had so little in common that 貓熊 was still a really inappropriate name for pandas. We thought 黑白熊 (Black and White Bear) would be a lot better. We’ll make a proposition for this!

dimanche 22 mai 2011

Mission lanternes volantes a Pingxi

Mission principale: 
  • Récupérer une dizaine de lanternes volantes a Pingxi
Missions secondaires:
  • Explorer la région
  • Rencontrer des locaux
Définition: Lanterne volante: Du chinois 天燈 (littéralement Lanterne céleste). C'est un modèle réduit du ballon des frères Montgolfier dont l’invention daterait du IIIème siècle av JC. L'air chaud dégagé par un petit combustible enflammé n'emporte ici pas les hommes vers le ciel, seulement leurs vœux.

But des missions principales et secondaires:
  • Ramener ces lanternes volantes au mariage de Fabien et Erin, demander aux invités de les décorer de leurs vœux pour les nouveaux maries, et procéder à un lâché général après la tombée de la nuit,
  • Elargir mon réseau social local encore trop étriqué,
  • Have fun.
Critères d'évaluation:
  • Les lanternes devront être ramenées dans un état suffisamment bon pour s'envoler avec élégance
  • Les lanternes devront être assez petites pour rentrer dans ma valise qui volera pour la France au mois prochain
  • Mon profil Facebook devra s'enrichir d'au moins un(e) nouveau(lle) contact local(e)
  • Je devrai avoir assez de fun pour avoir envie de le partager sur ce blog
Protagoniste principal: Mathieu, débarqué à Taiwan depuis 7 semaines, en mode écriture de procédures.

Contexte historique et géographique: Pingxi est un tout petit village de montagne, situé à une trentaine de km au Nord-Ouest de Taipei. C'est l'un des nombreux villages que l'on trouve en remontant la vallée de la Keelung. On a construit beaucoup de mines dans cette région, et un chemin de fer fut déployé pour transporter tout ce qui devait être transporté. Après la fermeture des mines, la ligne ferroviaire fut réhabilitée pour le tourisme. C'est aujourd'hui une ligne de trains circulant à petite allure sur une quinzaine de kms dans un décor magnifique. Autour de chacune des gares ponctuant le parcours de ce train une petite zone aménagée pour les citadins en sortie: ici une cascade, là un musée, et toujours beaucoup de stands de snack. A Pingxi, ce sont les lanternes volantes que l'on vient chercher. Et le soir venu on voit apparaitre ici et là des lueurs scintillantes qui s'envolent vers le ciel. Le jour de la fête des lanternes (元宵節), deux semaines après le nouvel an chinois, c'est un lâché de plusieurs milliers de lanternes qui vient embraser le ciel.

Suivi de la mission en photos :

The Pingxi line railway

The Pingxi Train Station 

View on the second highest crag from the highest crag. I climbed both of them. On the bottom-left corner a pale red roof can be seen: That’s Pingxi.

Steep and slippery paths have been secured with ropes and stairs, or even fences like on this picture

Sky lanterns decoration

Last picture before letting the sky lantern fly

2 seconds later!

Looking for the fireflies in the darkness with young people from the "Youth Travel in Taiwan"

Second day, early morning in Lingjiao (嶺腳), another village located 15 minutes away from Pingxi. I spent the night in a local guesthouse run by adorable tenants: Zhuangmama Guesthouse (02-2495-1392)

Train coming in Lingjiao train station

Nouveaux objectifs pour le future:
  • Me procurer une carte topographique de la région, si ce n’est pas réservé à l'armée comme en Chine.
  • Revenir et effectuer la traversée complète du massif par le 東勢格越嶺步道
  • Revenir avec une lampe de poche et observer les lanternes volantes depuis le sommet du 慈母峰 - pourquoi pas le jour de la fête des lanternes?
  • Acheter un vélo de route, trouver un groupe de cyclistes et remonter à Pingxi à vélo depuis Taipei.
  • M'inscrire au « Youth Travel in Taiwan » et participer a des activités fun

lundi 14 février 2011

Des moines et du porridge

Voici une sélection de chengyus, proverbes et autres expressions idiomatiques particulièrement amusantes, intéressantes ou originales... Enjoy!

杀鸡取卵 : Tuer la poule pour récupérer ses œufs. No matter si cela a commencé avec la poule ou l'oeuf, en mangeant les œufs et tuant la poule, le cycle s’arrête -> Faire quelque chose de stupide

车到山前必有路 : Si une montagne se dresse devant vous, continuez dans sa direction, vous finirez bien par trouver un chemin qui la traverse. Une façon amusante de dire que les problèmes se résolvent très bien d’eux même. 

鱼死网破 : Les poissons sont morts et le filet est troué. Avec des trous dans le filet, le pécheur a bien du mal à pécher du poisson. Et de toute manière, même sans trous, il ne pêcherait que des poissons morts. Bref, une vie de combat. Décrit pas mal les générations qui ont vécu en Chine entre les années 40 et 80.

水涨船高 : Quand la mer monte, le bateau aussi. Une jolie petite image pour signifier que l’on en profite tous quand la situation générale s’améliore. Mais à l’inverse, imaginez-vous le bateau flotter 10 mètres au dessus de l’eau ? 

崇洋媚外 : Un Chengyu pour résumer l’adoration qu’avaient certaines personnes pour tout ce qui venait de l’occident au XIXème siècle, quand les marchands occidentaux venaient vendre les nouveaux joujous technologiques en Chine. On l’utilise aujourd’hui pour parler de cette vénération du blanc !

僧多粥少 : J’adore celui-ci : Beaucoup de moines, mais peu de porridge. Il n’y en aura pas pour tout le monde !!! C’est souvent le cas en Chine…

高不成低不就 : Les meilleures ne vous veulent pas, mais vous refusez les moins attractives. S’applique aussi bien aux femmes qu’aux entreprises. Idem pour 骑驴找马 : Monter l’âne pour partir à la recherche du cheval!

dimanche 13 février 2011

Des missionnaires jésuites à Macau à la vente du TGV aux Coréens

En 1582 une mission jésuite débarque à Macau, au Sud de la Chine. Leur mission : transmettre l’évangile dans le pays des petits bridés. Leur force de frappe : La connaissance des arts et techniques en provenance d’Europe. Dotés d’un prestige grandissant, ils sont invités à monter graduellement vers le Nord. En 1601 l’empereur chinois les invite au palais impérial, à Pékin. 

A cette époque, la Corée, protectorat chinois, envoie une délégation tous les ans pour verser un tribut à l’empereur Chinois, en échange de sa protection. A la fin du XVIIIème siècle, les ambassadeurs Coréens reviennent de leur voyage à Pékin avec des ouvrages religieux chrétiens rédigés en Chinois. L’évangélisation de la Corée commence.

Durant le siècle qui suit, les missionnaires occidentaux s’infiltrent en Corée, et de plus en plus de Coréens se convertissent au christianisme. Le gouvernement Coréen, confucianiste, s’oppose par la violence à l’entrée de cette religion.

En 1866, neuf prêtres français, un évêque et 8000 convertis coréens sont exécutés en Corée. La France envoie une escadre en représailles : 500 marins avec la mission de conquérir le pays ! Les Français brulent, pillent et se chargent de trophées, avant d’être repoussées par l’ « ennemi coréen ». Ils repartent avec des livres anciens de la bibliothèque royale, considérés comme reliques nationales. Ces reliques disparaissent ensuite de la circulation, c’est une perte tragique pour la culture coréenne.

Presque 150 ans plus tard, un étudiant coréen à Paris redécouvre ces livres, à la bibliothèque nationale de France ! Cela fait grand bruit, mais les ouvrages restent où ils sont.

Quelques années passent. La France participe à l’appel d’offre pour construire le train à grande vitesse en Corée du Sud. Mais le TGV est cher, et le contrat semble leur filer entre les mains. Ils proposent donc la remise de ces ouvrages-reliques à la Corée, si le TGV Français est choisi. 

Le TGV sera ainsi choisi ! Mais pour des raisons douteuses, les reliques ne seront pas remises… L’histoire n’est donc peut-être pas terminée !

vendredi 11 février 2011

S’il vous plait… dessine-moi une lune

Connaissez-vous le jeu de la lune ? 

Réunissez quelques joueurs et joueuses autour de vous. Prenez une baguette, ou un crayon, tendez-la au premier joueur, et demandez-lui de dessiner une belle lune dans les airs. Donnez votre appréciation – la lune dessinée est-elle belle ou non – et demandez lui de faire passer la baguette au joueur suivant, qui à son tour essaie de dessiner une belle lune dans les airs, etc. 

Mais qu’est-ce qui caractérise une belle lune ? Une lune est belle si, et seulement si, le joueur qui dessine la lune a d’abord remercié le joueur qui lui a tendu la baguette ! Sans aucune considération artistique relative à ses mouvements dans les airs.

Ce jeu de la lune marche assez bien au sein d’une communauté Française. Une bonne moitié des personnes disent naturellement merci lorsqu’on leur tend un objet. Il est très amusant de voir que personne ne comprend vraiment pourquoi sa lune est belle… ou non. Et plus les "impolis" s’énervent à force d’échouer dans leur tentative de dessiner une belle lune, moins ils ont de chance de dire un petit « merci » au joueur qui leur tend la baguette. 

Remplacez maintenant les Français(es) par des Chinois(es) et/ou des Coréen(ne)s, vous réaliserez qu’aucun joueur ne parviendra à dessiner une belle lune! Le jeu est tout de suite beaucoup moins amusant. La politesse locale n’invite pas à dire « merci » lorsque l’on récupère un objet tendu par une autre personne. 

Il faut être très occidental pour dire un petit Xiexie, ou Gamsahabnida, au vendeur de journal de Pékin ou de Séoul qui vous rend la monnaie. Il faut aussi être très occidental pour dire « s’il te plait », « merci », « pardon » à son conjoint. 

Vous êtes Français(e) et votre conjoint(e) Français(e) a préparé un diner pour vous. Si vous oubliez le petit merci attendu, ce serait grossier. Vous dites merci.

Vous êtes Chinois(e) et votre conjoint(e) Chinois(e) a préparé le même diner pour vous. You enjoy it, mais vous évitez un quelconque merci, ce serait une marque de distance terriblement blessante.

Vous êtes Français(e) et votre conjoint(e) Chinois(e) a préparé le diner pour vous, toujours le même. Si vous dessinez naturellement des belles lunes dans les airs, vous avez de grandes chances de provoquer un incident diplomatique !

dimanche 6 février 2011

L'homme parfait

Cet article prend la suite de celui d’Aurélien, publié l’été dernier à propos du très populaire programme télévisé 非诚勿扰 : Non sincères, s’abstenir.

Dans ce programme 24 demoiselles célibataires se tiennent en demi-cercle, debout derrière leur pupitre respectif. Elles commencent le jeu avec leur pupitre éclairé. Entre un candidat de sexe masculin. Il se présente brièvement, puis commence un jeu de questions réponses avec le présentateur et ces demoiselles. Lorsqu’une demoiselle n’est pas satisfaite de la réponse faite par le candidat, elle lui éteint sa lampe – cela signifie qu’elle ne veut pas de lui. Le but du candidat est de convaincre au moins une de ces demoiselles de garder sa lampe allumée jusqu’à la fin du jeu : elle lui accorde alors une date.

En prêtant attention aux questions posées par ces demoiselles, et aux raisons invoquées lorsqu’elles éteignent les lampes, j’en ai synthétisé le profil de l’homme parfait. 

L’homme parfait.

L’homme parfait pourrait se résumer en un mot : 安全感 – le sentiment de sécurité. L’homme parfait fournit à ces dames  un sentiment de sécurité. Se pourrait-il que la femme chinoise d’aujourd’hui ait une telle peur de l’avenir, du présent, et des hommes ? En tout cas, le sentiment de sécurité est l’argument massue qui justifiera toute appréciation personnelle du candidat masculin.

Comment apprécier la capacité d’un candidat masculin à donner un sentiment de sécurité à ces demoiselles ? 

J’ai identifié trois critères.
  • L’homme, le vrai : le MAN.
Le mari idéal ne se doit pas d’être beau (帅), il se doit d’être viril (阳刚, Man). Son physique sera imposant – grand, fort – et il n’oubliera pas de laisser quelques marques de virilité – courte barbe, veste de costume. Il marchera toujours devant elle et ne sera gentleman qu’avec modération.
  • L’homme, le socle : 稳重. 
Il aura une maison, une voiture. Il aura un métier stable, et des perspectives d’avenir. Il aura une santé de fer et pas de parents à prendre en charge. Et il privilégiera le sérieux à l'humour et la plaisanterie. Bref, il sait trouver la bonne place dans la société chinoise encore très instable – et très inégale – d’aujourd’hui.
  • L’homme, le soumis. 乖乖 
Il obéira à sa copine, quoi qu’elle lui demande. Elle voudra qu’il reste à la maison ? Il restera à la maison. Elle voudra aller faire du shopping avec lui ? Il fera du shopping avec elle. Il acceptera ses colères avec tolérance, et bien sur, il sera fidèle.

jeudi 3 février 2011

Un Nouvel An… Chinois !

Bonne année ! Santé, bonheur et prospérité !
新年快乐!身体健康 ,恭喜发财,阖家幸福!

Le rugissant tigre de métal s’en est retourné et a laissé place au lapin de jade et ses heureux auspices
金虎长啸辞旧岁,玉兔献瑞迎新年

Pour célébrer ce chassé-croisé entre tigre et lapin, j’eus l’immense plaisir d’être convié par Yuqian, amie et camarade de l’université, à cette grande réunion familiale qu’est le nouvel an chinois. Ce fut une longue soirée de jeux, de raviolis et de feux d’artifice !
  • Le Mah-Jong
A peine arrivé chez Yuqian j’étais invité à prendre place autour de la table de Mah-jong, un des grands symboles de la période du nouvel an chinois. En face de moi le père d’Yuqian, joueur efficace, rapide et silencieux. A ma gauche Xiao Shu, jovial et dynamique, et très curieux à mon égard. A ma droite Er Gu, joueuse technique, passionnée et volubile.

Le rythme du jeu était incroyablement rapide ! C’était la première fois que je jouais avec des joueurs aussi expérimentés et je découvris que le Mah-jong est un jeu qui ne s’arrête pas une fois qu’il est lancé. Pas de temps mort, les séquences s’enchainent, les gestes sont précis et choisis pour garder le rythme aussi rapide que possible. On lance la première pierre sans avoir trié son jeu en annonçant « pas de regret » et on trie son jeu pendant que l’on joue. Les pierres piochées sont lues par le pouce plus que par les yeux et sont jouées d’un mouvement habile de l’index qui renverse la pierre et la propulse au milieu du tapis de jeu d’un seul mouvement. Et lorsqu’on Peng ou Chi la pierre jouée par un autre joueur, on jette la pierre suivante avant même de récupérer cette pierre. Rien ne doit ralentir le train Mah-jong une fois qu’il est lancé !

Je jouai une dizaine de parties, peinant à tenir le rythme et essayant de jouer en temps plutôt que jouer intelligemment, avant de laisser la place à Yuqian, allégé de plusieurs dizaines de RMB !!!
  • Les toasts
Au cours du diner qui suivit, dans une magnifique salle privée d’un restaurant sur Chang An Jie, avec Michael, second Laowai invité ce soir là, nous avons été l’objet de toutes les attentions. En particulier une petite bouteille de Baijiu, le si renommé alcool de riz chinois, dont le degré d’alcool varie entre les 30 et 60 degrés et reste un immanquable des banquets chinois, nous avait été réservé. Après avoir bu le verre d’ouverture de diner et le verre à la nainai, les verres se sont succédés à coup de quizzs plus ou moins intellectuels : Devine d’où vient cette bouteille de vin, quelle est la relation entre untel et untel autour de la table, etc. Yu Qian me souffla alors que celui qui boit le moins c’est celui qui prend la direction du jeu. Alors avec Michael on les a eu sur leur propre terrain : Vous savez écrire le 爨 de 爨底下 ? En quelle année Zheng Chenggong a-t-il repoussé les hollandais hors de Taïwan ? Résultats garantis !!
  • Les pétards et feux d’artifice
Après ce bon diner bien arrosé vint le moment tant attendu des pétards et feux d’artifice. Il y en avait pour plusieurs centaines d’euros, c’est vous dire la quantité ! Le ciel brillait déjà de feux de toutes les couleurs, les rues résonnaient déjà au point de déclencher les alarmes de voiture, et nous nous sommes joins au déploiement des forces, depuis notre petit parking. Si vous pensiez que les boites de fusée et les couronnes de milliers de pétards étaient des jeux pour enfants, détrompez-vous: les plus excités ce soir-là, ils avaient la cinquantenaire !

Er Gu me disait fièrement que les 老百姓, les simples citoyens, étaient bien plus forts que le gouvernement au jeu des feux d’artifice. Le jour de la fête nationale, le feu d’artifice est imposant et respectable, certes. Mais le jour du nouvel an chinois, c’est toute la ville qui s’illumine ! C’est chaque Pékinois qui va acheter ses boites de feu d’artifice et qui va les allumer en bas de chez soi. Si vous aviez la chance de survoler la ville par avion, vous apercevriez un gigantesque spectacle de lumières, sur un périmètre de plusieurs dizaines de km. Et ça ne dure pas juste quelques minutes ! ça commence à la tombée de la nuit, ça va crescendo et c’est l’apothéose à minuit. 

Ce spectacle de la rue en sons et lumières est prévu pour durer plus d’une semaine ! Souvenez-vous, l’année dernière, je rentrais à Pékin 5 jours après le nouvel an chinois
  • Les Jiaozi
De retour à l’appartement, la dernière activité traditionnelle commença : la confection des jiaozi (raviolis chinois). La pâte et la garniture furent préparées à l’avance, mais le fourrage, activité ludique et qui renforce la cohésion, était gardé pour le dernier moment. Comme pour le Mah-jong, le fourrage des jiaozi demande des gestes précis afin d’obtenir un ravioli dont la peau est fine, la garniture abondante, et la forme joliment ondulée. 

Le Jiaozi aurait été inventé au plus profond de l’hiver par un médecin chinois qui, apercevant nombre de ses concitoyens l’estomac vide et frigorifiés au point d’en avoir les oreilles gelées, leur aurait préparé un remède qui prenait la forme de ces oreilles gelées : de la viande et des ingrédients contre le froid fourrés dans de la pâte a pain. Le jiaozi était né. On commémore aujourd’hui la création du jiaozi le jour de 冬至, solstice d’hiver. Si on en mange aussi le jour de la nouvelle année, c’est parce que le jiaozi est homophonique avec le verbe signifiant changer d’année… Visiblement, quand on est gourmand, on trouve toujours une bonne raison de savourer quelques jiaozi !

vendredi 28 janvier 2011

Pensée unique

La pensée unique en Chine, c’est une réalité. Les médias – télés, radios, journaux – sont contrôlés par l’état. Les informations restent très factuelles et les rares colonnes d’opinion sont là pour supporter l’action gouvernementale.

Le gouvernement, c’est le comité dirigeant de cette incroyablement vaste organisation qu’est le parti. Le parti, c’est aussi l’administration – centrale, et provinciale – et les entreprises d’état. Les banques, paramètre important de l’action entrepreneuriale, sont toutes détenues par l’état-parti. Dans ces conditions, un jeune chinois à la recherche du succès dans sa carrière professionnelle a tout intérêt à suivre la voie que le parti a tracé pour lui. 

Les étudiants de Tsinghua forment une partie des futures élites de la république populaire de Chine. Ils sont donc des éléments clés, et l’organisation est bien rodée pour les garder dans le bon chemin. C’est par défaut – et non par choix personnel – qu’ils accomplissent les différentes étapes qui les mèneront jusqu’au statut de membre du parti. Beaucoup de rassemblements, de séances de discussions, de rapports à écrire, etc. Si les rapports ne sont pas dans la bonne ligne, on vous demande de le corriger, et cela se passe bien. Petit à petit, vous devenez formaté, sans vous en rendre compte, 不知不觉. Et vous atteignez finalement le stage de 觉悟, la compréhension. Souvenez-vous, c’était le cas de mon camarade Ye Changliu, l’an dernière.

Mais parfois certains étudiants ne manifestent pas un intérêt suffisant – ou pire, revendiquent une certaine opposition. A partir de ce moment là, c’est l’ensemble du système qui se retourne contre eux, et ils se retrouvent particulièrement isolés. 

En tant qu’étudiant étranger, j’ai évité cette voie d’intégration. J’ai cependant pu ressentir lors d’une occasion particulière l’incroyable pression que l’on peut ressentir lorsque l’on supporte une idée, même intérieurement, seul et contre tous. 

Témoignage (datant de septembre dernier) :

......


Tsinghua, une université qui a décidé que la meilleure stratégie pour affirmer sa position d’université de premier rang mondial était encore de le répéter haut et fort, à soi-même comme aux observateurs extérieurs, jusqu’à ce que chacun soit intimement persuadé de la chose.

Cette semaine des experts internationaux, venu des Etats-Unis, d’Europe et du Japon, rencontraient une sélection d’étudiants doctorants en provenance des deux départements de génie nucléaire de l’université. La sélection d’étudiants s’était faite sur la base d’un volontariat à la chinoise, en fonction des capacités à dialoguer en Anglais. J’avais aussi été convié, bien que non doctorant. 

Les experts internationaux, impliqués dans les domaines académiques et de la recherche, avait été convié par le président de l’université pour, selon leurs propres mots, établir un rapport qui permettrait de prendre les mesures nécessaires pour faire progresser nos deux départements. Progresser pour rejoindre le rang des universités mondiales les plus brillantes. 

Les experts internationaux étaient installés autour d’une table ovale, les élèves étaient placés tout autour de la salle, le long des murs. Une caméra pointait sur les élèves qui prenaient la parole.

Les questions posées furent globalement les suivantes :

  • 1) Que voulez-vous faire après votre doctorat ? Les cours que vous avez choisis correspondent-ils à cet objectif ?
  • 2) La coopération entre les deux départements proposant des majeurs de génie nucléaire est-elle bonne ?
  • 3) La communication entre les étudiants est-elle bonne ? Apprenez-vous beaucoup des interactions mutuelles entre étudiants ?
  • 4) Participez-vous régulièrement à des séminaires, des colloques ? Dans votre direction de recherche, comme dans d’autres ?
  • 5) Avez-vous des problèmes dans votre cursus ? Comment votre cursus pourrait-il être amélioré ? Que pensez-vous que nous puissions recommander au président de l’université pour améliorer vos études ?
  • 6) Pourquoi aussi peu d’étudiantes féminines ?
  • 7) Est-ce une grande difficulté de publier un article de niveau SCI ? Avez-vous des cours vous apprenant à rédiger un article scientifique en Anglais ? Les meilleures parutions chinoises sont-elles au niveau des parutions SCI en anglais ?
  • 8) Y a-t-il des élèves étrangers dans le département ? Voyez-vous en eux des compétiteurs au sein de votre université ? Etes-vous contents de les accueillir ?
  • 9) Espérez-vous travailler en Chine ou à l’étranger dans votre future carrière ?
Je me concentrerai sur les réponses aux questions 3, 5 et 8.

A la question 3, tous répondirent : « Oui, la communication est excellente, nous apprenons beaucoup des autres étudiants ». Mais ils se trahirent en s’empressant d’ajouter : « Nous avons des réunions de groupe toutes les semaines ». L’essentiel de la communication scientifique est concentrée dans une réunion de groupe qui a lieu une fois par semaine. Le reste du temps, il n’y a pas de partage. Et pour avoir assisté à des meetings de groupe, je pense que même dans ces moments là, il n’y a pas beaucoup d’apprentissage mutuel. 

A la question 5 : Rien à améliorer. Tout est parfait Les experts voulaient vraiment des réponses à cette question, et l’ont donc répété à maintes reprises. Ce qu’ils finirent par obtenir, c’est l’intervention de Yaoli (un des étudiants de mon professeur) : « Pourquoi voulez-vous que nous ayons des problèmes ou des complaintes ? Si nous en avions, nous en ferions tout de suite part à l’université, et les problèmes seraient tout de suite résolus. Là il n’y a pas de problème, c’est Tsinghua ici, le best of the best ! » 

A la question 8, il a malheureusement fallu que j’entre en scène. Alors que les experts me posaient des questions, je sentais sur moi le regard d’une trentaine de chinois persuadés que leur université était au tout premier rang mondial. « Pourquoi êtes-vous venus ici ? Comment l’université a-t-elle jugé votre niveau en vous acceptant ? Si vous deviez faire votre PhD, le feriez-vous à Tsinghua ? Non, où alors, et pourquoi ? » Imaginez à quel point j’étais embarrassé. En répondant que j’étais venu à Tsinghua avec la principale motivation de rechercher un environnement chinois, sans insister sur le niveau d’excellence de Tsinghua qu’ils revendiquent sur la scène internationale, je sentais que je trahissais le groupe, la caméra, mon prof par étudiant interposé. Terriblement mal à l’aise, j’ai demandé à ne pas répondre pourquoi je pensais qu’il serait plus intéressant de faire un PhD en France ou aux Etats-Unis. 

Avant de quitter la salle, les experts demandèrent au groupe s’il y avait des questions. « Comment rédigerez-vous votre rapport ? » demanda un étudiant. Un des experts répondit que le plan initial était d’utiliser les témoignages de cette discussion avec les étudiants pour rédiger une série de recommandations au président de l’université. Mais malheureusement devant la pauvreté des témoignages, ils allaient devoir revoir leur stratégie.

Zhang Yaoli qui avait affirmé que bien sur aucun élève n’avait de complainte ou requête est sorti de la salle en affirmant : « Ces experts, ce sont vraiment des branleurs, ils sont venu sans rien avoir préparé, ça n’a servi à rien ! »

Oui, ça n’a servi à rien.

4 min 15 à 176°C:

Les conditions de rendement maximal de la synthèse de l'acide acétylique?

Le record humain de résistance aux hautes températures?

Non, les recommandations de réchauffage des nuggets de poulet surgelé ! 


Qui a dit que les chinois ne faisaient pas dans l'exactitude?

mercredi 26 janvier 2011

Mah-jong

Nous fêtons aujourd’hui en Chine la Petite Année, 小年, rassemblement festif qui marque le début des festivités du nouvel an Chinois. Dans une semaine jour pour jour commencera la nouvelle année du calendrier lunaire.

Cette période du nouvel an Chinois est vraiment une période particulière en Chine. Les activités professionnelles cessent. Tout ceux qui travaillent loin de chez eux retournent dans leur foyer. Les familles sont réunies, les cœurs sont apaisés. Tranquillité d’esprit, mais l’agitation ne cesse pas pour autant. Les feux d’artifice ne tarderont pas à illuminer le ciel, et surtout, on ressort les tables de Mah-jong.

Le Mah-jong (麻将) est un jeu traditionnel Chinois. Quatre joueurs s’affrontent autour d’une table carrée. On y joue avec des pièces en forme de dominos, et le but est de former des combinaisons, plus ou moins grandes, plus ou moins compliquées, avec l’ensemble des pièces de son jeu. Parmi les combinaisons les plus simples, on va trouver les triples, trois pièces identiques, parmi les plus compliquées, on va trouver le dragon, une longue suite réunissant toutes les pièces d’une même famille. En fonction de la complexité des combinaisons que l’on réalise dans son jeu, on peut marquer plus ou moins de points lorsque l’on gagne la partie.

Le Mah-jong est un jeu qui se joue vite, qui nécessite de la dextérité dans le maniement des pièces pour impressionner ses adversaires, et pour lequel on joue traditionnellement de l’argent. Cela met de l’enjeu, de la passion, et les parties peuvent durer de longues heures, parfois jusqu’à l’aube du jour suivant ! 

L’université ne nous autorisant pas à jouer au Mah-jong dans le cadre de notre association d’échanges culturels, nous avons pris l’habitude de jouer dans des maisons de thé, ou à la maison. Ci-après deux photos prises chez Laurent, il y a quelques semaines :



samedi 22 janvier 2011

Vous rêvez de parler à la Taïwanaise ?

En novembre dernier je passais une semaine à Taipei. Je découvrais en discutant avec les locaux que les différences entre leur mandarin et celui de Pékin étaient beaucoup plus importantes que ce que j’avais réalisé jusque là. J’ai essayé de recenser quelques unes de ces différences et les ai classé en trois catégories : lexique, prononciation et prosodie.
  • 1) Lexique
Les différences lexicales sont déjà bien présentes dans la langue courante, et sont encore plus flagrantes dans le vocabulaire technique. Ci-dessous quelques exemples issues de la langue courante :


Chine TaïwanFrance
中国 大陸 Chine
Continentale
普通话 國語 Mandarin
自行车 腳踏車Vélo
出租车 計程車 Taxi
公交车 公車 Bus
地铁 捷運 Métro
热闹 Bruyant
可以 ça marche
挺好的 蠻好的 Super
没事儿 沒有關係 Pas de problème
不谢 不會 De rien
发短信 傳簡訊 Envoyer un SMS
邮箱 信箱 Boite mail
屏幕 螢幕 Ecran
信息 資訊 Information
程序 程式 Programme
软件 ,硬件 軟體,硬體 Software, Hardware
厘米 公分 cm
公尺 m
百分之 %
太过分 太誇張 Exagéré
土豆 馬鈴薯 Pomme de terre
取钱 領錢 Retirer des sous
Merde
空调 冷氣 AC
质量 品質 Qualité

  • 2) Prononciation
Le erhua est à proscrire absolument ! Il n’est jamais présent. De plus les r et autres rétroflexes se font sans courber la langue vers le fond de la gorge, en allant simplement toucher le pont alvéolaire avec la pointe de sa langue.

Les G en fin de mot sont souvent oubliés. Éviter de parler de 高信誉. 

Les E et N sont bien séparés dans les syllabes en –eng. C'est pertinent avec la remarque du dessus. 

Et puis les h sont très très légers, c’est la marque du Sud ! Ne croyez tout de même pas qu’il suffit de les oublier, vous sonneriez Singapourien, pas Taïwanais ;)
  • 3) Prosodie
Rythme : Prenez votre temps, les taïwanais parlent plus doucement que les pékinois. J’ai aussi remarqué un ralentissement sur les derniers mots de certaines phrases.

Contractions : Mais ils font parfois des contractions : 这样 peut se contracter en jiang4 à l’oral, par exemple. Le u dans 不然 peut être omis. Le ch en début de cheng dans 計程車 est avalé. Etc. 

Tons : Les accents neutres de fin de mots dans le mandarin de pékin sont souvent prononcés avec un ton long à Taiwan. Ex : 頭髮. Pas mal de tons sont aussi prononcés différemment de ce coté du détroit : 法4ème ton, 亞3ème ton, 質 3ème ton, etc. Certains tons sont aussi modifiés par les jeunes. Pour faire jeun’s ! 

Les sons de fin de phrase (尾音) : Très employés par les Taïwanais, à forte consonance de 喔,啦,耶, qui viennent s’ajouter et remplacer les traditionnels 啊 et 呀. On entend aussi des 喽, mais pas encore entendu de 呗.

vendredi 21 janvier 2011

Graduation : 2 mois de procédures

A la mi-novembre dernière, après de longues semaines de dur labeur consacrées à la rédaction et à la mise en page de ma thèse, celle-ci était enfin prête à être remise aux professeurs relecteurs. Je lançais ainsi la longue procédure d’évaluation de mon travail de recherche qui devait me mener à la cérémonie de remise des diplômes, deux mois plus tard. Je ne reviendrai pas sur les détails de cette procédure, peu intéressants, mais présenterai ici les facteurs qui ont fait de cette période une période psychologiquement difficile. 
  • Facteur n°1 : La menace
Entre la carotte et le bâton, Tsinghua a choisi le bâton. Chacune des étapes ponctuant la procédure de graduation est réglementée par une notice qui n’oublie jamais la traditionnelle mention « pour éviter de remettre en cause votre graduation ». Là où le bât blesse, c’est que les étapes en question ne sont pas forcément réalisables par le candidat. Je pense notamment à des documents à faire signer par des personnes absentes, un abstract de 3000 mots à entrer dans un cadre qui n’en accepte pas plus de 2000, un fichier zip à sauvegarder dans un espace qui n’accepte que des doc et pdf, etc. Le résultat, c’est le sentiment que la graduation peut vous voler entre les mains à tout moments sans que vous y puissiez grand chose.
  • Facteur n°2 : L’incertitude, ou l’art de manier le 应该…….吧.
Q : « Bonjour, mon camarade Hongwei a publié à la conférence internationale *** dont le niveau a été jugée suffisant par la commission d’évaluation des diplômes de Tsinghua, et a ainsi obtenu son diplôme en juillet dernier après avoir défendu sa thèse. J’ai publié dans la même conférence, pouvez-vous me confirmer que ma parution sera donc aussi jugée d’un niveau suffisant par la commission d’évaluation. »
A : « Hmm, étant donné que vous êtes soumis aux mêmes obligations, je dirai qu’a priori, votre publication a de fortes chances d’être acceptée »
Q : « Bonjour, une entreprise souhaiterait me convoquer pour un entretien hors du territoire. Je souhaite donc m’absenter durant quelques jours. J’ai consulté le calendrier des formalités et il semblerait que je puisse m’absenter 3 jours entre le **/** et le **/**. Pourriez-vous me confirmer que je ne louperai pas d’étapes importantes du processus de graduation en étant absent ces 3 jours ? »
A : « 嗯,应该没问题的吧 - Hmm, je dirai qu’a priori, ça doit être ok »

Bref, des « Il ne devrait pas y avoir de problèmes », j’en ai entendu beaucoup. Mais des réponses positives franches, bien rarement. Il faut dire qu’à Tsinghua les choses changent vite, avec très peu de préavis, et sans toujours se conformer à la logique ou aux règlements. Dans ces conditions, j’ai été amené à re-rédiger mon article pour le faire publier dans un journal de meilleur qualité, et je n’ai guère osé m’absenter de l’université, trop effrayé d’éventuelles convocations de dernières minutes auxquelles je devrai assister "pour éviter de remettre en cause ma graduation".
  • Facteur n°3 : L’isolement
J’ai accompli l’ensemble de la procédure de graduation seul. Non pas en tant que seul étranger, mais vraiment tout seul. Mes camarades chinois qui avaient initialement l’intention de candidater à la graduation ce semestre ont au final tous repoussé l’échéance au semestre prochain. Or c’est souvent grâce à mes camarades que j’obtenais les informations importantes du département, informations pas forcément bien relayées et/ou perdues au milieu de notices pratiques monstrueuses (Il y a besoin d’une notice de 8 pages pour décrire l’organisation de la cérémonie de graduation par ex). La conséquence de cela, c’est qu’il faut aller chercher l’information soi-même, se faire connaitre auprès des personnes importantes, s’assurer qu’elles ont votre email et qu’elles vous transmettront les informations, lire et extraire les informations importantes des notices, etc. Mais comme le soulignait très justement Grégoire, c’est au final un apprentissage à part entière, et cette aptitude à récupérer l’information pourrait se révéler utile dans le cas d’un boulot en Chine. Le côté négatif, c’est l’impossibilité de partager ses difficultés, car vous êtes seul à les affronter. Psychologiquement, ce fut éprouvant.
  • Facteur n°4 : La différence de standard
Je me souviens aussi être passé par des moments de grande frustration lorsque je me voyais imposer d’aller à l’encontre de ce que j’avais appris à considérer comme bien, ou mieux. J’illustrerai ceci sur un exemple particulièrement frappant. Les sauts de ligne dans un texte permettent par l’insertion d’espace de faire apparaitre divers paragraphes dont la délimitation spatiale reflète une certaine évolution dans la présentation des idées. Des blocs qui commenceraient en haut à gauche de la page de gauche et finiraient en bas à droite de la page de droite, peu adaptés à l’extraction rapide d’information, sont ainsi évités. Bref, l’utilisation de sauts de ligne dans la rédaction d’un rapport est un principe de base profondément ancré au fond de moi après presque 23 ans de standard français. Imaginez donc le sentiment de frustration quand H. Laoshi, très sympathique par ailleurs, m’a exprimé qu’elle ne validerait pas la mise en forme de ma thèse tant que je n’aurai pas supprimé l’ensemble de ces sauts à la ligne.

Pour toutes ces raisons, quand vendredi dernier je reçu enfin mon diplôme de Tsinghua, ce fut avec grande émotion, empli d’un sentiment de soulagement, et de libération. Il n’y avait pas cependant pas de sentiment de fierté. Je le regrette.