mardi 30 septembre 2008

Première sortie avec le club montagne: Camping à Haituo!

Le gouté est préparé,
Le diner est bien rangé,
Au fond de l’université,
Le soleil n’est pas levé,

Il est 5 heures,
Mathieu s’éveille,
Mathieu s’éveille.

La semaine est chaumée,
Les ouvriers sont en congés
Les Chinois dorment à point fermés
C’est l’heure où je vais me lever

Il est 5 heures,
Tsinghua se lève,
Il est 5 heures,
J’ai sommeil.




Porte principale de Tsinghua, deux groupes de 14 motivés ont rendez-vous avec le mont Haituo. Je fais parti de l’équipe A, l’organisatrice, 冯茜 (Feng Qian), a accepté de nous prendre, moi et un allemand, dans son groupe, malgré les évidentes difficultés que cela implique. 6h00, tout le monde n’est pas encore là, Feng Qian, est énervée. Elle appelle les deux fautifs. A l’image des plus grandes performances du mythique Aymeric (celui de Washington), ils ont oublié de se lever. Mais pourquoi les attendre alors ? Parce que nous avons partagé les fardeaux la veille. Certains portent la tente, d’autres la nourriture. Manquant alors de courage, refusant le défi de la nuit à la belle étoile le ventre vide (tel des adorateurs du dicton : Qui dort dine), nous attendons nos camarades, et c’est avec plus d’une demi-heure de retard sur le planning que nous nous mettons en selle.

En retard sur le planning ? Mais c’est une catastrophe ! Car la sortie est minutieusement préparée, l’organisation quasi militaire. Deux réunions de préparation, une répartition des tâches, un briefing détaillé, un road book précis, et une chef qui ne rigole pas. Ça tombe bien, de toute manière, je ne comprends pas leurs blagues.


Après la séquence maintenant classique Vélo-Métro-Taco, c’est à 921 mètres que nous resserrons les chaussures, jetons un dernier regard à la plaine Pékinoise et respirons une dernière bouffée de gasoil. 万宁辛 (Wan Ningxin) est responsable topo. Elle nous emmènera à 2241 mètres d’altitude. Interdiction de doubler. Je me suis fait engueulé quand je lui suis passé devant pour prendre cette photo!



Mais ne croyez pas que le rythme était lent pour le coup. On ne rigole pas avec le planning, il faut à tout prix le rattraper. Pas le temps de prendre le petit dej, les pauses, c’est 3 minutes, et quand la chef déclare 上包 (sac sur le dos !), ce n’est pas comme sur un bateau skippé par Charles, on est instantanément prêt à partir.



La pauvre 徐馨叶 (Xu Xinye), a du mal à suivre, mais elle n’a pas le choix : elle garde le rythme. Quand elle commence à vraiment décrocher, on se partage ses affaires sous les ordres de la chef, et on se remet en route aussi vite. Mais quand elle commence à avoir des crampes, notre chef ne sait plus trop quoi dire… Fier de mon expérience en raid, je l’aide récupérer, s’étirer, et à repartir plus sereinement. Je crois que je me suis fait pardonner mon retard à la réunion de la veille…

徐馨叶 va mieux!

On arrive à la fin de la partie la plus difficile, on en profite pour faire une première photo de groupe, et on continue l’ascension sur la crête en écoutant 白鸽, l’hymne de l’association, qui donne des envies de grand air ! Il faut dire que cette chanson est maintenant associée dans ma mémoire avec les images complètement folles des diverses sorties montagnes de l’association. Je rêve maintenant d’Himalaya au son de cette chanson !




Voici le sommet ! Belle dalle, comme d’habitude, pour célébrer les 2188 mètres d’altitude du sommet. Photo magnifique tous ensemble.


Cependant le plus au sommet du coin (deuxième plus haut sommet de la province après 灵山, déjà gravie l’année dernière avec mes amis les Supop) est en face, il nous reste encore un peu de chemin. On passe par un col où nous établirons notre campement, on y abandonne les sacs à dos et les plus fatigués, et on continue jusqu’au sommet, cette fois dans une ambiance beaucoup décontractée !

Entre les deux sommets

Installation du Campement sous le soleil couchant


Ahhhhhhhhhhhh, Je tombe....

C’est poussé par le vent qui se lève que nous revenons au camp, on installe les tentes d’autant plus vite que le vent forcit et que le soleil se couche. Le col est orienté Nord-Ouest, Sud-Est, et évidemment, notre position vis à vis du redoutable 西北风 (Xibei Feng, vent du Nord-Ouest) n’est pas favorable. Je ne connaissais alors ce vent que dans l’expression 喝西北风 (boire le vent du Nord-Ouest, signifiant souffrir de faim et de froid), j’ai aujourd’hui fait la glaciale expérience de la réalité de ce vent. Malgré les 4 couches, dont la polaire Quechua et la polaire PierreThomasBinetMontagne, j’ai très froid ! Mon camarade 王文强 est bien moins couvert que moi, mais son pire moment reste à venir… On est obligé de diner sous la tente, autour d’un petit réchaud à l’équilibre précaire, réchaud que nous ne renverserons qu’une fois… Au menu, pates chinoises, enfin ici on les appelle 方便面, les pâtes pratiques…

Mes compagnons de tente et pique-nique: la Chef 冯茜 et le retardataire 王文强

Après le diner, on se retrouve sous une tente pour chanter et rigoler. Mais 20h approche, les sourires s’effacent, la réunion commence. La chef prend la parole. Elle fait le compte rendu de la journée, et elle n’est pas contente de tout. En particulier des pauvres 宋杨磊 et 王文强 arrivés en retard le matin. Ils baissent la tête, et se font la font démonter. Vraiment ! On ne rigole plus… Parlent ensuite les 2 autres anciens de l’assoce, ils insistent de nouveau… Bon, après on parle des bons cotés aussi, heureusement. 20h30, la réunion est terminée, on oublie tout, tout le monde est copain, tout le monde est content à nouveau, et on admire les étoiles, emmitouflés dans nos duvets. Point de pollution de l’air, on respire, point de pollution lumineuse non plus, les étoiles brillent par centaines, c’est magnifique ! Et puis on va dormir, enfin, on essaye de dormir sous les tentes qui résistent péniblement au Xibei Feng, ce vent glacial.

Je me souviens, ça commençait comme ça
D’abord un peu perdu, par les Chinois réveillés
Où suis-je, quelle heures est-il, est-ce qu’on travaille où pas ?
Alors du bout des doigts se rhabiller
L’odeur du petit déjeuner se glissant sous l’duvet
Un vent glacial semblant forcer la tente
Aujourd’hui est une journée folle
Pas même débutée, nous sommes déjà debout
Dehors, le vent glacial, la brume matinale
Donnent au camp des allures d’Himalaya.
Les cheveux qui s’envolent, vers le soleil levant,
Il manquerait plus qu’un bon chocolat bouillant

Dis-moi, Xibei Feng
Les deux mains dans les manches
Pourquoi je garde au fond du ventre un frisson
Dis-moi, vieille branche
Gardien de mes nuits blanches
Pourquoi ce vent nous gèle à l’unisson ?

On fixe tous l’Est en guettant l’apparition du soleil, cet astre salvateur qui réchauffera enfin nos petites mains engourdies ! Le spectacle est magnifique, les montagnes à l’est sont enveloppées dans la brume, seuls les sommets ressortent, comme des ilots effleurant la surface de la mer.

Au petit jour

Le jour s'est levé sur un étrange campement...

6h10, le trait rougeâtre de l’horizon s’embrase enfin et une belle boule bien rouge apparaît ! Quelques photos, puis on remballe le camp, prêt à repartir par un autre chemin, tel les rois mages, comme le dit si bien le lettré Vianney.




6 commentaires:

cholechu a dit…

Wow, ca me rapelle Barcelo (c'est peut être l'approche mili qui fait ça!) Content de savoir que tu tu fait plaisir!

Anael a dit…

Wah geniales tes photos!
Par contre tu fais toujours pas trop chinois au milieu de ta bande de montagnards. Bon je vois que t'essaye mais fais un peu plus d'efforts quand meme! ;)
Eclates-toi bien !!

P.S: au fait tu fais quoi la bas, des etudes un peu ou juste des vacances??

Sarah 姗 a dit…

Ca donne envie de venir voir... Et j'aime bien tes petites inspirations poétiques. Ce doit être le vent de la montagne qui te souffle les vers à la figure ;)
A demain soir à Qingdao!

Jonathan C. a dit…

« Sac sur le dos ! », ce ne serait pas 上包 plutôt que 上报 ?Sinon, je connaissais une légère nuance à ton explication de 喝西北风, mais je n'ai jamais obtenu deux fois la même explication d'une 成语 de la part des Chinois...

Mathieu a dit…

Remarque pertinente Jonathan...

VH a dit…

le lettré écrirait mages différemment.