mercredi 13 janvier 2010

Malaisie: Langkawi, Palmiers et Sable fin !

Langkawi, le but ultime de notre petit voyage en Malaisie. Les photos que l’on trouve sur internet nous mettaient l’eau à la bouche, le routard en rajoutait : Les Iles Langkawi sont les Iles les plus au Nord de la Malaisie, à la limite de la frontière Thaï. De hautes falaises – jusqu’à 600 m surmontées de forêt vierge plongent dans la mer et découpent des criques, des baies et des grottes inaccessibles. Dans l’ile principale, les falaises laissent la place à une grande baie bordée de cocotiers.

C’est ce qui nous a donné envie de quitter Pénang un jour plus tôt, et d’aller fêter la nouvelle année sur Langkawi, où on espérait trouver une ambiance plus vacance et plus festive que dans l’ile très urbanisée de Pénang. Alors on a posé la question aux chauffeurs de taxi : « Pour le réveillon, à Langkawi, pas d’ambiance, ici à Pénang, plein d’ambiance, beaucoup de monde, beaucoup de bruit, tous les bars remplis. A Langkawi, pas de Chinois, pas d’ambiance. A Pénang, 60% de chinois, plein de bruit, plein d’ambiance. »

Comme on sait qu’il faut toujours faire l’inverse de ce que les chinois disent, on a pris aussitôt le bateau, direction Langkawi !


3 heures de trajet qui se sont transformées en 4 heures dans un frigo flottant (c’est des fous de la clim), et enfin on a aperçu un chapelet d’iles au loin. Des iles très vertes, sans grande tour bétonnée qui dépasse, on se prendrait presque pour un pirate des caraïbes !



Juste avant de débarquer, papa encore peu habitué à l’Asie s’inquiète : « On ne trouvera jamais une voiture de libre ». Il demande conseil à un membre du personnel de bord qui lui dit qu’il n’y aura pas de problème. Ce dernier appelle alors un ami, et on est accueilli à l’arrivée par quelqu’un qui nous conduit au comptoir de location. La tante, le cousin ? Je ne sais pas, mais ça m’a rappelé mes aventures chez les tibétains du Yunnan.

Pour une vingtaine d’euros on récupère une très bonne Toyota, papa est resté grand fan du loueur, il devrait vous donner ses coordonnées dans les commentaires.

On fait une petite demi-heure de route en longeant la cote Sud en direction de Pantai Tengah, l’extension Sud de la plus grande plage de l’Ile. On pose les bagages dans l’excellent hôtel Lanai, et c’est parti pour les vacances à proprement dire ! J’entends par là les vacances où tu te reposes, par opposition au voyage où tu es sans arrêt en mouvement. Et ça ne m’arrive pas souvent, les vacances un peu posées, depuis que je suis parti chez les bridés. Il y a bien eu les quelques jours à Yangshuo à Pâques dernier quand les Saintes m’avaient rendu visite, ou bien mes vacances à Taiwan cet été, mais la plupart du temps, je suis en vadrouille, ce qui est plus excitant, mais aussi plus fatiguant.

Mais ne vous méprenez pas, vacances relaxantes ne veut pas dire qu’on n’a pas remué les gambettes et qu’on a pas vu du pays, comme lorsque l’on a grimpé au sommet Mont Mat Cincang :



Vue du sommet. Au loin nos plages...Mais il a fallu grimpé dans bas, reprenons dans l'ordre


 
On a d'abord suivi la rivière pendant 4 heures, il y avait des moustiques partout, une chaleur à crever, des bruits d'hélico qui nous survolent... En fait, pas vraiment, ça, c'est autour Telaga Tujuh. Un endroit très beau, mais qui ne mène pas au sommet, grave erreur du routard ici (je profite de la remarque pour casser un peu le routard de Malaisie, vraiment pas au niveau par rapport aux autres destinations).


On a donc suivi les petits singes qui nous ont montré le bon chemin



 
On est passé par cette belle cascade, qui n'attendait que la fonte des glaces pour s'exciter un peu


Et on est monté pendant deux petites heures jusqu'au sommet de la montagne, où on a trouvé un joli pont suspendu depuis lequel on avait une vue magnifique.



Avec le père! 有其父必有其子


On a pris le télécabine pour redescendre, vertigineux!



 
Papa et l'horodateur Malais


Mais revenons à nos moutons, nous sommes encore en 2009, plus pour longtemps, c’est déjà le 31 décembre, et nous venons d’arriver à l’excellent Lanai, l’hôtel à l’extrême Sud de Pantai Tengah :

Le Lanai

On pose les bagages, on ne garde que le chapeau et les lunettes de soleil, et on va faire quelques pas sur la plage à la recherche de quoi se sustenter. Il y a pas mal de petits restos de plage, on commande le traditionnel jus de fruit qui va bien (le mix orange-pomme restera un grand classique) et quelques plats pas très locaux. On admire la plage, magnifique, et les vacancières, un peu moins. La plage est grande, longiligne, blanche. Les vacancières, des occidentales, sont à l’opposé. Seules les Asiatiques résistent encore aux dommages du burger.

( Photos de Pantai Tengah - elles sont restées dans l'appareil photo du père! )

Nous sommes alors dans les heures les plus chaudes de la journée, pas question de s’étaler sur la plage à ce moment là, alors on va faire un petit tour sur la partie nord de la plage, à Pantai Cenang. Derrière la plage, c’est très animé, beaucoup de cafés/commerces/restaurants, mais sur la plage, grâce aux palmiers qui nous coupent du monde extérieur, on se sent loin, très loin...


On n'ose pas enlever les t-shirt sur Pantai Cenang


 
ça fait réver, non?


31 décembre, 20h, l’heure du banquet approche ! Un grand espace a été aménagé par le Lanai sur la plage pour un diner de fête :



 




A la fin du repas et en attendant minuit, un malais a animé pleins de petits jeunes où grands et moins grands se sont tous amusés. N’ayons pas peur de revenir aux classiques, chaises musicales, ou aux inattendus comme quand on a joué à celui qui dira Happy New Year le plus longtemps possible sans reprendre sa respiration !

Juste avant minuit, chacun a pu décorer un "ballon" chinois. Une grande poche en papier cartonnée et translucide dans laquelle tu glisses une bougie. Celle-ci chauffe d’abord l’air jusqu’à ce que le ballon s’envole (les frères Montgolfier n’ont rien inventé du tout…), et file vers des destinations lointaines, poussé par la brise. On suit son ballon très loin, car il brille grâce à la bougie, jusqu’à ce qu’il disparaisse très loin très loin. Dans la tradition chinoise, on écrit des vœux sur ce ballon, puis on l’envoie vers le ciel. On l’a fait avec papa, comme à peu près tout le monde ce soir là. Le ciel était rempli de toutes ces petites lumières, c’était magnifique.

Puis minuit est arrivé, et on s’est dit Bonne Année ! C’est d’ailleurs l’occasion pour moi de souhaiter à tous mes lecteurs une bonne année 2010 ! Mais bon, en bon chinois, je vais vous dire que la vrai nouvelle année, elle n’est pas encore là, il faut attendre encore quelques semaines !

Lendemain 1er janvier, grasse mat, on trainasse sur la plage, que c’est dur ! Déjeuner au très sympathique resto du Frangipani pas très loin de là, on mange local, et c’est très bon.


Après quoi papa passe en mode pilote de formule 1, et on enchaine les lacets pour se rendre au point culminant de l’ile. En haut, un terrain militaire, inaccessible, et un resort ! Pour venir ici, il ne faut pas chercher la plage. Mais l’ensemble est très bien fait (on n'est pas en Chine), et on a une excellente vue sur tous les coins de l’ile que nous avons vu, ou n’allons pas tardé à voir : la magnifique baie de Kuah au Sud-Est par laquelle nous sommes arrivés en bateau la veille, l’autre point culminant de l’ile, le Mont Mat Cincang, dont vous avez déjà vu les photos en début d’article, et la baie de Pantai Rhu où nous nous rendons maintenant.

Pantai Rhu. Décrite comme la plus belle plage par le routard… Et il n’a clairement pas tort. Il règne une ambiance incroyable dans ce lieu. La plage est très allongée, en forme de croissant, et protégée du grand large par quelques rochers-iles, dont l’un est en forme de jonque chinoise (!). Il n’y a pas grand monde, et on aperçoit aussi des locaux venus pécher. Parlons peu, regardez les quelques photos, ou surtout, allez-y ! Vous y trouverez le Tanjung Rhu, un resort de grand luxe (mais sans doute moins cher qu’un Pierre et Vacances à La Baule) et d’un raffinement incroyable qui s’est glissé sous les palmiers de la plage…


Le Tanjung Rhu Resort


 Au fond la plage...


 
 La météo du resort: lundi: soleil, minimum: 24, maximum: 33. mardi: soleil, minimum 24, maximum 33. mercredi ...



 
 On arrive sur la plage!! Observez la jonque en arrière-plan


 
 Photo de la plage pris de la lagune!


Sautons directement au lendemain, pardon pour l’excellent menu du Beach Garden Hotel, pardon pour Lucas, ce jeune garçon allemand qui sait déjà parler l’anglais, l’allemand et le cantonais à 7 ans, et qui devrait rapidement maitriser le français et le mandarin selon les plans de sa maman.

Lendemain, 4ème et déjà dernier jour sur Langkawi. Il nous manquait encore un immanquable : le snorkeling. Comme la mer n’est pas claire sur Langkawi, on a pris un bateau qui nous a emmené à une vingtaine de km au sud, sur la petite ile de Pulau Payar. Masque, Tuba, et on a nagé au milieu de dizaines et de dizaines de poissons ! Je n’en ai jamais vu autant. Il y avait même un petit requin. J’ai encore mes dix doigts.

Dernières photos avant d'aller dormir:


 Pulau Payar !


 C'est parti pour le snorkeling


Bye Bye Malaysia!

2 commentaires:

LaGrenouille a dit…

Tu dis qu'une cascade attendais la fonte des neiges. Mais c'est quoi les points culminants de Malaisie ? Parce qu'à 30° au niveau de la mer, faut monter haut pour trouver de la neige.

Sinon les gens parlent quoi là bas. En gros, vous avez parlé majoritairement quelle langue pour vos diverses escapades.

Fabien a dit…

Ah mon dieu !! Ça a l'air trop bien ton voyage en Malaisie !!! Je note Langkawi dans mes carnets ! ;)