dimanche 17 août 2008

Première Semaine aux JO

Samedi après-midi, alors que nous profitions au maximum du match de football féminin, nous étions heureux d’avoir hérité du graal : un ticket pour les JO.

Avec les Fuwas Huanhuan et Yingying


Une semaine après, je suis devenu un marathonien des JO, essayant de découvrir autant de sports que je peux, des sports aussi incongrus que la boxe ou l’haltérophilie, aussi abscons que le judo ou le fleuret. Voici donc l’historique de ma première semaine aux JO.

Lundi 10 : Echauffement, on tape dans ses mains, attention pour la holà, on exerce les cordes vocales : zhongguo jiayou, allez les bleus, et 1 et 2 et 3 – 0 …

Mardi 12 : On commence sur le tatami avec le Judo. Au programme, qualifications des – 81 kg chez les hommes, - 63 chez les femmes. Anthony se fait rapidement sortir, mais Lucie Décosse, Lulu comme on l’appelle ici, enchaine les victoires, elle prendra la médaille d’argent le soir même.

Je quitte l’université des sciences et technologie la tête pleine de ippons, de waza’ari, et d’autres mots bizarres japonais pour me rendre au Capital Gymnasium où la Chine est aux prises avec le Venezuela dans un match de volley survolté. Je connais quand même beaucoup mieux ce sport, j’ai du en faire à peu près chaque année jusqu’au bac, et je suis capable d’apprécier ce match à sa juste valeur ! Il faudra 5 set (donc 5 passages des pom pom girls), un cinquième set très très tendu, pas mal de huée au moment des services adverses pour que la Chine mette définitivement la main sur ce match. Mon meilleur moment des JO.

Mercredi 13 : Après une bonne nuit, réhydratation, massage et étirements, ce sont les duels à la Française qui m’attendent. Finales d’escrime individuelles : épée féminine et fleuret masculin. Les 2 représentants chinois (dont la vainqueur de Laura Flessel, snif…) échouent tous deux à la pire des places, c’est la déception générale. Les Allemands font la fête avec deux titres.

Jeudi 14 : Je décide d’aller prendre l’air à la campagne, et fuit donc Pékin pour Shunyi et sa nouvelle base nautique. Ici ont lieu les épreuves d’aviron en cette première semaine olympique. Connaissant mon passé de galérien, un Américain de ma classe me propose gentiment de l’accompagner. Nous partons sous un ciel menaçant, attendons deux heures sur place, pour apprendre que les courses sont finalement toutes reportées …

Vendredi 15 : Après une nuit agitée par l’enjeu, je suis de retour à Shunyi pour voir enfin les courses d’aviron, avec pas mal de bateaux Français en compétition encouragés par un large banc de supporter. Même si les résultats ne sont pas à la hauteur cette année, la France est toujours une grande nation de l’aviron.

Course de Skiff

Course de 4 - Il fait pas beau à Pékin? ;-)

A peine rentré à Pékin, je me mets en route pour le stade national, le nid d’oiseau, ce stade d’une grande originalité architecturale qui se révèle très impressionnant dans le paysage pékinois.

A l’intérieur, c’est magnifique, on s’y sent bien, et on voit très très bien, même si les coureurs sont parfois tout petits ! A noter les qualifications du 1500m où Mehdi Baala se présente sous son meilleur jour, les premières épreuves d’heptathlon féminin sans Eunice Barber, le lancer de poids et ses bucherons canadiens, et la finale du 10 000 m féminin, de loin la meilleure des courses de la soirée: Après quelques tours, les premières coureuses prennent un tour sur les plus lentes, et les coureuses se retrouvent rapidement éparpillées tout le long de la piste. Il faut se concentrer pour savoir quelles sont les coureuses en tête, tâche bien trop ardues pour notre voisin américain qui a dépensé 100€ pour venir boire de la bière, beaucoup de bière, dans le stade olympique.

Samedi 16 : En avant pour la boxe ! Sport uniquement masculin, au même titre que la natation synchronisé n’est que féminine, on assiste d’abord à des combats des - de 61 kg, on finit par s’ennuyer, et on change d’état d’esprit : On se met à espérer le KO… Arrivent les - de 75 kg, et là, c’est tout de suite plus impressionnant, les coups sont lourds, les boxeurs titubent, mais toujours pas de KO… Pas de représentants français cette journée dans ce sport de brute joué par des brutes.

Le soir, je repars pour une deuxième séance au stade national. On assiste à un des moments historiques des jeux : la victoire écrasante et impressionnante de facilité de Usain Bolt en finale du 100m !

Classique...

Dimanche 17 : repos, et j’en profite pour refaire le plein de tickets pour la deuxième semaine !!!

2 commentaires:

charlotte a dit…

Moi qui croyais que tu étais parti en chine pour étudier... ;-) C'est vraiment super que tu puisses assister à tout ça! Ici tout le monde demande à Ben si il a été aux JO à cause du T shirt que tu lui as ramené... C'est sur que de Vers le Bois, pékin paraît tout de suite vraiment le bout du monde...

nanie a dit…

La vie est belle à ce que je vois !!!