dimanche 24 août 2008

2eme semaine aux JO

Pourquoi s'entêter à passer 24h dans un train pour découvrir tout de suite les célèbres pains de sucre de Guilin quand on peut profiter chaque jour des Jeux Olympiques quasiment au pied de chez soi? Alors oui, je poste bien ce message de Pékin, cette ville qui a attirée deux semaines durant les regards du monde entier comme peu d'autres l'ont fait jusqu'à présent.

En cette 2ème semaine, oubliées les histoires de pollution, le temps était magnifique, de l'air et du ciel bleu pour des performances historiques, oublié aussi le conflit tibétain, la Russie fait de nouveau parler d'elle, à juste titre.

Avant de poursuivre, je vous invite à écouter Fleet Foxes, trouvaille de Vianney. Avançons donc en musique, et c'est à vélo que je pars assister à ma première épreuve de la semaine, de l'héltérophilie. Temps de trajet depuis ma chambre, 7 min, et ce n'est pas le lieu de compétition le plus proche... Le stage de langue à la BLCU cet été était la bonne planque pour assister tranquillement aux JO. Saviez-vous que l'haltérophilie est un sport qui mêle puissance, vitesse, technique, concentration et timing? Ok, j'ai simplement traduit la brochure...


S’il y a bien un sport qui n’est pas du tout de tradition Chinoise, c’est bien le Beach Volley-Ball. Nos amis les petits bridés, comme les appelle affectueusement Uza, s’en sont pourtant plutôt pas mal tirés avec des médailles d’argent et de bronze en compétition féminine. Nous préférons admirer les vrais sportifs de plage, les Brésiliens évidemment. Le 1er match est remportée par la team Ricardo/Emmanuel , le 2ème par Marcio Araujo/Fabio Luiz. Ils finiront respectivement 3ème et 1er du tournoi ! Ce n’était donc pas du petit niveau ! Pourtant l’histoire était mal barrée quand le taxi peinait à traverser l’épais rideau de pluie qui nous séparait du stade de Chaoyang Park, légèrement excentré de la ville. Par chance, le sable humide n’a empêché ni les grands brésiliens, ni les cheer leaders en bikini rouge de venir faire le spectacle.


Mercredi, à défaut d’avoir attrapé la Syphilis, les tests chinois le prouvant, c’est bien du rhume, du gan mao de son petit nom, que je suis atteint. Petit cadeau du Canadien qui subissait pas mal en cours ces derniers temps après l’avoir récupéré de l’indonésienne. C’est sympa ces cadeaux d’adieu ! Je décide d’aller me soigner à la piscine ou milieu de belles jeunes femmes maquillées et en maillots de bain à perles. Etrange pour nager. Pas très hydrodynamique. Pourtant, à en croire les bancs de supporters qui hurlent leur encouragement à chaque fois que ces nageuses sortent la tête de l’eau, c’est bien la vitesse qu’elles doivent rechercher ? Pourquoi crieraient-ils comme ça sinon ? Rassurez-vous, la France était bien placée dans ses comportements un peu bestiaux… Car c’était bien la finale de la natation synchronisée (programme libre de la compétition par paire) à laquelle j’assistais. Les photographes l’avaient bien compris, et lorsque les hurlements s’arrêtaient et on entendait alors les clics-clics des centaines de reflex en action autour du bassin. Nageusement parlant, les Françaises n’étaient pas au niveau, les Chinoises que j’ai trouvées remarquables se sont faites éjectées hors du podium par les « affreuses » Japonaises, et les Espagnoles n’ont jamais regretté leur médailles d’argent contre des Russes qui ont collectionné les 10 sur 10. Vraiment impressionnant !


Vendredi matin, toujours malade, j’hésite à me lever pour aller assister aux tours préliminaires du Taekwondo. Je propose à mon roommate, ce Coréen puéril et sans passion qui avait passé sa soirée sur son ordinateur, en abandonnant pour une fois son Warcraft adoré (à l’heure où j’écris, il redécouvre Starcraf) pour regarder les compétitions de Taekwondo. C’est son sport national, et il semble aimer ça, il devrait être content ! Mais quand je lui propose les billets le matin à 9h00, il me répond qu’il préfère Shuijiao… ça veut dire dormir, et si vous me lisez depuis le début, vous saurez que c’est l’activité principale de ses journées. J’y vais donc, et même si je n’ai pas été très attentif aux combats, j’ai été ravi de discuter avec une petite fille et sa maman durant toute la matinée. Le Taekwondo est originaire de la Corée, le Judo du Japon, mais le Kongfu (Wushu en fait), l’art martial Chinois n’est pas représenté… Il le sera aux prochaines Olympiades.


Le basket, à défaut de savoir y jouer, je connais au moins les règles. Et comme le tournoi se déroule dans le centre Olympique d’Wukesong, à deux pas de mon stage de l’année dernière, et dans lequel j’avais assisté à un match de baseball avec Fabien, je ne pouvais manquer d’assister à un match ! Les filles sur le terrain étaient Russes ou Américaines, Chinoises ou Australiennes, et disputaient les demi-finales. Programme explosif ! Nous sommes placés au milieu des Russes, et Vladimir nous aide à rentrer dans ce camp, même si Anthony prend un malin plaisir à encourager les USA en langue russe…


Samedi matin, je me réveille avec une vitalité retrouvée, et traverse toute la ville jusqu’aux collines de Laoshan, où ont lieu les épreuves de cyclisme, BMX et VTT. Ce matin, c’est la finale féminine du Mountain Bike. Laurence, la représentante Française est très loin, Julien Absalon remportera lui la course masculine haut la main l’après-midi. Peu de paroles, mais de belles photos !

L’Allemande Spitz ayant à peine passé la ligne, il faut se mettre en toute pour l’Olympic Green pour la finale féminine de Handball. Je me fais alors débilement volé les billets que je réservais pour des amis. Ils ne m’en veulent pas trop, mais je me sens bien con. Je passe ma colère sur les plats qui chauffent tout seul, à la mode des chauffes-main que l’on utilise au ski. La petite finale est emportée par la Corée après un match très disputé contre la Hongrie. La finale est expédiée en 10 min quand les Norvégiennes prennent un avantage initial décisif de 8 à 1 contre la Russie… L’entraineur Russe a une façon étonnante de coacher ses filles ! Il vociférait comme un bestiau et gesticulait dans tous les sens. Mais rien n’y a fait !

C’est sur cette victoire des compatriotes de Per Einar que je conclue mon aventure Olympique, après 15 billets, en moyenne près d’un par jour, et j’ai retrouvé 1 grande envie de faire du sport, même si mon genou est toujours autant réfractaire. J’hésite entre le volley, la natation, le vélo, l’aviron, le Kungfu….

J’ai mis en ligne un album photo sur Facebook, si vous n’y êtes pas inscrit, demandez-moi le lien et vous pourrez aussi y laisser vos petits commentaires !

1 commentaire:

benjamin a dit…

Tu oublies quand même Jean-Christophe Perraud qui a terminé juste derrière Julien Absalon nous rapportant ainsi une enième médaille d'argent et Anne Caroline Chausson et Laetitia le Corguille qui nous ont rapportés en BMX respectivement l'or et l'argent durant une course incroyable.
Je ne sais pas ce que tu as suivi de ces courses de cyclisme qui représentent au total presque un tiers de nos medailles d'or! mais ça devait en valoir la peine...