vendredi 19 octobre 2012

Curiosités Taïwanaises

En tant que voyageur, j’aime découvrir les spécificités locales des lieux que je traverse : rizières en terrasse à perte de vue dans le Sud du Yunnan, Sources chaudes dans les montagnes de Nikko, Fondue ultra pimentées dans le Sichuan. Bien sur ces spécificités locales ne sont pas toujours agréables à l’œil ou au palet et entrent parfois en conflit avec notre éducation (Il n’est pas facile de crier pour la première fois après le serveur dans un restaurant chinois), mais c’est souvent l’attrait de la curiosité qui nous donne le courage d’expérimenter. 

Taïwan, bien que plus moderne et occidentale que la Chine, propose malgré tout un bel éventail de curiosité. Des curiosités non pas dues à l’absence d’ordre, comme c’est souvent le cas chez son voisin chinois, mais issues de son histoire (plusieurs vagues d’émigrations chinoises, occupations européennes et japonais) et de sa géographie (Territoire insulaire du pacifique, à cheval sur le tropique du cancer).

Il y a quelques mois de cela, je me suis préparé une petite liste de ces spécificités, ou curiosités locales, et je me suis efforcé de les placer dans les itinéraires des visiteurs que j’ai reçu ici. La voici pour vous, commentée, et agrémentée de photo. 


Scooter : Le scooter est le moyen de transport indispensable du Taïwanais. En ville d’abord, pour aller au travail, récupérer les enfants à l’école, aller au centre de sport. Aux heures de pointe c’est une masse de scooters impressionnante qui s’accumule au pied des feux rouges. Et à toute heure on peut voir sur les grands boulevards de Taipei un étrange ballet de petits scooters qui zigzaguent entre les taxis jaunes.

Civil Boulevard, Heure de sortie de travail

A la campagne aussi, bien sur. Véhicule d’appoint pour rejoindre sa maison d’hôte depuis la gare, pour se rendre au départ du sentier de randonnée, pour essayer tous les marchés de nuit de la région…

Une famille voyageant à dos de scooter, Green Island


Minsu : Terme local pour désigner une maison d’hôte. Taiwan étant une petite ile, et les informations touristiques étant facile d’accès, les Taïwanais voyagent par eux-mêmes. C’est peut-être l’abondance de ces petits groupes de voyageurs, et un besoin inassouvi de maisons construites avec gout, qui expliquent le succès de ces logements à petits nombres de lits. Toujours est-il que l’on en trouve partout où il y a quelque chose à voir, à déguster, et même ou il n’y a rien à voir pour se relaxer. La spécificité de chaque minsu, et le contact chaleureux avec les gérants, fait une grosse différence avec les chaines d’hotel. 

Comme les Taïwanais, j’apprécie beaucoup dormir en Minsu lors de mes petits voyages. J’ai actuellement trois chaudes recommandations, à Jiufen, Yuli et Penghu. Dès que la liste sera un peu plus fournie, je pourrais vous proposer mon tour des meilleurs Minsu de Taiwan !

Greek Frontier, Penghu, Été 2012

Wisdom Garden, Yuli, Été 2012

Jiufen Minsu, Winter 2011


Caractères Traditionnels : Les caractères compliqués comme les appellent certains. En tout cas les caractères qui étaient utilisés par tous les chinois jusqu’à une décision du gouvernement chinois, de procéder à une simplification standard et systématique des caractères il y a une cinquantaine d’années. A cette époque là le traitement de texte sur ordinateur n’existait pas encore, et la décision fut prise pour augmenter la vitesse d’écriture. Aujourd’hui seuls Taiwan, Hong Kong et les Chinois d’outre mer continuent d’utiliser les caractères traditionnels. Les Taïwanais méprisent d’ailleurs les caractères simplifiés : Comment le cœur a t-il pu disparaitre du caractère de l’amour ?


On entend souvent des discussions sur la relative facilité de l’apprentissage du chinois par les caractères simplifiés. Mon point de vue est que les caractères simplifiés sont effectivement plus faciles à retenir pour les sinisants débutants. Quelques caractères de base sont en effet extrêmement complexes (讓, 甚麼, 歡, etc). En revanche les caractères traditionnels permettent de mieux comprendre les caractères, car ils ont gardés toute leur cohérence. Par exemple le cœur est présent dans l’amour (愛 / 爱), la famille (讓嚷壤) n’est pas scindée en (让 et 嚷壤), etc.

Taïwanais inscrivant des vœux sur une lanterne du ciel, Pingxi, 2011


Typhons : De juin à septembre l’ile de Taiwan est soumise aux typhons, qui naissent dans le Pacifique, au large des Philippines, et se déplacent vers l’Ouest, portés par les vents porteurs de la zone. Le typhon, c’est le terme asiatique du cyclone. Un système complexe de flux d’air chauds et ascendants, gorgés d'eau, et de flux d’air tournants et descendants, amenant des vents violents et précipitations abondantes sur les territoires traversés par le typhon. 

2 typhons menaçant Taïwan, été 2012

Dans les faits, ça commence toujours par les bulletins d’information qui annoncent la formation d’un nouveau cyclone à plusieurs milliers de kms de là, dans le pacifique. A des vitesses de l’ordre de 10-20 km/h, il faut attendre plusieurs jours pour que les premiers signes visibles apparaissent. Généralement un jour de grand vent pour commencer. Puis suivent 2-3 jours de très fortes pluies, avant que le typhon ne s’éloigne. Durant ces jours ne pluie le vent souffle par violente bourrasque, et retourne les parapluies. Cela fait les bonnes affaires des vendeurs de parapluie.

Des Taïwanais se protégeant comme ils peuvent des trombes de pluie amené par le typhon

Bien sur, la trajectoire et la taille de chaque typhon étant différente, chacun apporte son petit lot d’originalité. Le typhon Tembin de cet été fut particulièrement original. Après avoir traversé l’ile, il s’est quasiment arrêté dans le détroit entre Taiwan et la Chine. Un second typhon, Bolaven, passant très loin au Nord-Est, l’a alors aspiré à sa suite. Tembin fit donc demi tour, frola la pointe Sud, remonta l’ile sur sa cote Est, et suivit Bolaven en direction de la Corée !

Bolaven provoquant le demi-tour de Tembin

Dans la vie de tous les jours, les Taïwanais aiment les typhons, car s’il est suffisamment violent, le gouvernement déclare des journées de congés nationales. Les typhons sont pourtant souvent meurtriés, particulièrement en zones montagneuses, ou les fortes précipitations provoquent des coulées de boue.

Branches pliés, Cocotiers renversés après le passage d'un violent typhon, Kaohsiung, 2009


Coiffeurs : Le coiffeur, mais le monde entier a des coiffeurs ! Oui, mais à Taiwan, on peut aller chez le coiffeur juste pour avoir un massage du crane ! Il y a généralement plusieurs parfums proposés, et la coiffeuse-masseuse masse tour à tour le cuir chevelu, les tempes, le menton, le cou… Autant les salons de massage ne sont pas agréables, autant le massage dans les salons de coiffure est incroyablement relaxant ! En plus vous pouvez suivre sur une petite coupe ;)




Sources Chaudes : Une légende raconte que les Japonais, le peuple le plus friand de sources chaudes,  auraient envahi Taiwan car ils ne pouvaient supporter que les meilleures sources chaudes au monde ne fassent pas partie du territoire Japonais… 

Pour les débutants de la Source Chaude, il s’agit d’une eau naturellement chauffée par la terre, souvent riche en souffre, et qui est mise en bassin à des températures comprises entre 30 et 50 degrés. Souvent autour de 40 degrés. On s’y baigne pour le plaisir de la relaxation, et pour les vertus de bonne santé allouées au souffre.

Toujours est-il que le Taïwanais d’aujourd’hui est aussi un grand friand de sources chaudes, et dès les premières fraicheurs de l’automne, il débarque en nombre. Trois modes de bain sont proposés : Le bain communal, hommes et femmes mélangés, mais vêtus de maillots de bain. Les bains communaux avec séparation hommes femmes, où l’on se baigne nu. Enfin le bain dans une chambre privée où l’on fait ce qu’on veut. En pratique les bains communaux sont les plus attractifs, car proposant divers bassins à diverses températures. Y compris des bassins d’eau froide, pour se réveiller un peu.

Sources chaudes en banlieue de Taipei, Yangmingshan

Source chaude "sauvage" dans les gorges de Taroko


Vendeuse de Noix de Bétel : Lorsque je vais voir le docteur, on me demande si je bois, si je fume, et si je chique la noix de bétel. Comme l’alcool et la cigarette, la noix de bétel c’est un plaisir à court terme, des ennuis de santé à long terme. Mais ce n’est pas le sujet ici. La noix de bétel, qui donne la pèche et adoucit le gout de la bière, est particulièrement apprécié des chauffeurs et ouvriers. On trouve donc le long des routes des petites boutiques dans laquelle sont assises des jeunes demoiselles très courtement vêtues pour achalander le client. Aux heures de pointe, elles sortent de leurs boutiques, et le rebord des routes ressemble à un défilé de lingerie… 

Une vendeuse de noix de bétel dans sa "boutique"

Une vendeuse de noix de bétel, la poitrine en avant, achalandant le client

Les chauffeurs de poids lourds sont particulièrement friands des noix de bétel

Malheureusement les statistiques ont démontré que les vendeuses des noix de bétel (檳榔西施) étaient la cause de nombreux accidents de la route. Il est difficile de faire attention à ce qui se passe devant soi quand elles vous font signe du bord de la route… Résultat, la police a interdit à ces vendeuses de trop se découvrir, et il est maintenant bien difficile d’en voir « comme à l’ancienne ». Il faut aller voir dans les coins de Hsinchu, ou Taichung.


Notez aussi que la vendeuse de noix de bétel est le pire des emploi dans la conscience collective. En France on dit aux enfants de bien travailler, sinon ils finiront éboueurs. A Taïwan, ils faut bien travailler pour ne pas finir vendeuse de noix de bétel ! 


Snacks et Marchés de Nuit : 民以食為天 est un dicton chinois qui décrit parfaitement le peuple taïwanais. Donnez leur à manger, et ils seront heureux. Ils parlent de nourriture tout le temps. Ils adorent prendre leurs plats en photos, les mettre sur Facebook, quand ils n’écrivent pas de blogs gastronomiques. Et quand ils partent en voyage, la première obligation est de gouter à toutes les recommandations mentionnées sur Internet.

Il faut aussi savoir que la spécialité Taïwanaise, c’est le snack. Le petit plat que l’on achète dans un petit stand, et que l’on déguste tout en marchant, ou assis sur un banc, un rebord alentour. Dans les grandes villes, ces stands de snacks se rassemblent dans des marchés de nuit, qui sont des zones piétonnes qui ouvrent en fin de journée, et proposent un énorme choix de snacks de toutes sortes. Il y à boire et à manger, du choix du froid, salé et sucré.

滷味,台中

Petits choux fourrés, Taidong

Dans un marché de nuit, il y a souvent aussi des jeux, des vendeurs de babiole, de vêtement, etc., ce qui en fait la sortie nocturne la plus populaire des taïwanais. Les week-ends, c’est toujours bondé.

Miaokou Night Market, Keelung


Soupes de pates au bœuf (牛肉麵) : C’est le plat représentatif de Taiwan. Non pas qu’il n’y en ait pas en Chine, mais les restaurants de soupes de pates au bœuf rivalisent avec les 7/11 en terme de densité dans les villes. Il y en a littéralement à tous les coins de rue. Et quand les chinois ne mettent que du gras dans leur soupe de pates, les taïwanais mettent des beaux morceaux de viande.

Tous les ans une grande compétition nationale vient récompenser les meilleures soupes de pates au bœuf du pays. Moi, je ne vous donnerai qu’une recommandation : 川味張媽媽牛肉麵.

川味張媽媽牛肉麵

Fenglisu (鳳梨酥) : Second seulement aux soupes de pates au bœuf, ce biscuit fourré à l’ananas est aussi emblématique de Taiwan. Jetez un coup d’œil à mon article dédié.

Fenglishu (鳳梨酥)


Végétation Tropicale : Taiwan est à cheval sur le tropique du cancer. On trouve donc de la végétation tropicale :  forêts luxuriantes, banians, cocotiers, bananiers, bambous, herbes à éléphant, cactus, etc.

Végétation Luxuriante

Forêt de bambous

Le banian, ou l'arbre forêt


Un petit résumé de ces curiosités taïwanaises pour conclure:
  • Scooters
  • Minsu = Maisons d'hôtes
  • Caractères traditionnels
  • Typhons
  • Coiffeurs
  • Sources chaudes
  • Vendeuses de noix de bétel
  • Snacks et Marchés de nuit
  • Soupes de pates au boeuf
  • Fenglisu = Carrés fourrés à l'ananas
  • Végétation tropicale

5 commentaires:

Zarthabal a dit…

Est-ce qu'ils peuvent mettre leur scooter dans le train aussi (comme le vélo en France)?

Mathieu a dit…

Le scooter dans le train, non, mais il y a d'une des loueurs de scooters à côté de toutes les gares, et de deux des "transporteurs" de scooter emmènent ton scooter par camion à la destination de ton choix pour une petite somme.

Benjamin Saintes a dit…

meurtriers*
moi j'aime bien les lignes blanches dans le métro aussi =p

grossir a dit…

tu m'as tellement donné envie d'y aller !! on se demande pourquoi mais je vais aimer le lèche vitrine ^^

Aurélien a dit…

Je me rends compte en relisant ton article qu'il est assez scandaleux de traduire 乐 par "fun"... Conficius dois se retourner dans sa tombe...