dimanche 4 janvier 2009

Dear Michelle and Barack

Bientôt l'investiture d'Obama, 4 ans devant lui, 4 ans durant lesquels il a promis le changement. Et si aujourd'hui il y a bien quelqu'un dont les actions peuvent orienter le destin d'une planète entière, c'est bien Obama.


J'ai peur que cela ne soit pas suffisant...

James Hansen, climatologue en chef de la Nasa, l'a bien compris en prenant le futur chef de l'état américain à parti. Dans une lettre qui lui est adressé, notre célèbre climatologue (connu pour tenter, en vain, depuis 1988 de mettre en garde le pouvoir politique contre les ravages attendus suite à nos émissions incontrolées de dioxide de carbone dans l'atmosphère) l'enjoint à prendre des mesures politiques dans 3 domaines clés qui suffiront à résoudre la crise actuelle, la réelle crise actuelle.

Je vous invite à lire par vous-même le contenu de cette lettre à cette adresse (début en page 3)

La première mesure s'applique aux centrales électriques au charbon, qui lorsqu'elles ne sont pas équippées de système de capture de carbone, sont les sources les plus polluantes de la planète. Une mesure d'urgence, et qui on l'espère ne passerait pas inaperçu de la Chine qui produit toujours 68% de son énergie à partir du charbon, et qui n'a vraiment pas envie de faire une croix sur cette ressource, la preuve, ils mènent des recherches actives sur des moteurs de voiture utilisant un carburant dérivé du charbon.

La seconde, mesure touchant chaque individu (américain pour commencer), est la mise en place d'une taxe carbone. Chaque produit serait taxé par l'état en fonction des émissions inhérentes à sa fabrication ET à son transport. On réapprendra peut-être à attendre les beaux jours pour manger des fraises, et les paysants Sud-Américains seront sans doute moins tentés de bruler la forêt Amazonienne pour pouvoir ensuite envoyer leur production à l'autre bout du monde nourrir les millions de boeufs, qui eux aussi seront invités à reprendre l'avion une fois découpés en petits morceaux.

La troisième concerne le nucléaire. James Hansen, contrairement à Greenpeace, garde les 2 yeux ouverts. Il se rend bien compte que si on essaie de supprimer une source d'énergie, alors que les énergies renouvellables que l'on prône tant ne sont pas encore aptes à fournir les quantités suffisantes d'énergie, il faut choisir la meilleure des solutions restantes, à savoir le nucléaire. Le nucléaire qui n'est d'ailleurs pas seulement la moins pire des solutions.Que lui reproche-t-on?

Les accidents du passé? Gardons alors bien en tête que ces accidents ont eut lieu dans des réacteurs de première génération, c'est à dire les prototypes de première génération. L'ingénieurerie des réacteurs nucléaires n'en était qu'à ses débuts, des pépins étaient inévitables, dommage qu'ils aient été aussi graves, et aussi peu "préparés" dans le cas de Chernobyl, centrale dénuée de tout système de sécurité visant à empécher les émissions radioactives suite au "déraillement" du réacteur.

Les déchets nucléaires? Lesquels? Ceux qui resteront radioactifs durant 150 000 ans sur terre? Et bien, les réacteurs de 4ème génération n'en ont que faire de ces déchets, car ils peuvent les utiliser comme combustible et les réduire ainsi à néant. Les réacteurs de 4ème génération, qui en sont à leur phase de développement, développement qui devrait être accéléré par une forte incitation gouvernementale selon James Hansen, pour qu'ils soient "disponibles au plus vite sur le marché".

Encore une fois, cela ne fera pas de mal à la Chine, car même si on s'émeut d'une ouverture massive de la Chine au nucléaire, la part du nucléaire ne dépassera pas les 10% avant 2050 dans les prévisions les plus optimistes... Notre climatologue insiste lui-même sur le fait que la R&D doit être intensifiée pour rendre les réacteurs nucléaires de plus en plus compétitifs économiquements, car notre pauvre petite Chine est encore en stade de développement, et n'a pas un centime à dépenser à notre petit loisir de pays riche qu'est la "préservation environnementalle".

Je laisse Hansen conclure:

An urgentiv geophysical fact has become clear. Burning all the fossil fuels will destroy the planet we know, Creation, the planet of stable climate in which civilization developed.

Of course it is unfair that everyone is looking to Barack to solve this problem (and other problems!), but they are. He alone has a fleeting opportunity to instigate fundamental change, and the ability to explain the need for it to the public.


1 commentaire:

Jonathan C. a dit…

Et la fusion froide, dans tout ça ? Bonne année !

Tiens, il y a aussi : http://golem.ph.utexas.edu/category/2008/12/science_and_the_environment.html